Nuits de fourvière
Évaluer cet article

Une métropole événementielle sans projet culturel cohérent

Malgré les 3 millions d’euros de subventions que recevra la Régie des Nuits de Fourvière cette année, les tarifs des spectacles demeurent inabordables pour les métropolitain.e.s.

L’accès à la culture demeure, pour le GRAM, un angle mort de la politique culturelle de la Métropole, au même titre que la répartition des grands équipements culturels.

Retrouvez l’intervention de Nathalie Perrin-Gilbert, qui souhaite la tenue d’un débat d’orientations politiques sur la politique culturelle métropolitaine.