Le GRAM Métropole était invité jeudi 23 mai à la table ronde organisée par l’association La Ville à Vélo et Lyon Capitale pour discuter du projet d’une métropole « 100% Cyclable ».

Engagé dans une démarche citoyenne pour les élections municipales et métropolitaines lyonnaises, c’est au sein de Lyon en Commun que le GRAM portera la proposition de sortir enfin du modèle du tout-voiture et de ses dégâts sur l’air, la santé, l’espace et la convivialité de notre ville.

Le constat qui doit guider notre action ne fait plus de doute: il y a urgence à réduire fortement et au plus vite la place de la voiture à Lyon ! Mais nous devons le faire sans pénaliser celles et ceux qui, faute d’alternative, sont pour l’heure contraints d’utiliser leur véhicule pour aller travailler.

Le projet qui en découle est clair: l’espace public, actuellement saturé et monopolisé par des véhicules polluants, accidentogènes et bruyants, doit être redistribué et mieux partagé pour rendre aux lyonnais.es une qualité de vie fondée sur des transports doux, garantissant un partage de l’espace public apaisé et un air qui ne nous rende plus malades. Les premiers de ces transports à faciliter et à soutenir sont la marche et le vélo.

Pour cela nous devons changer nos représentations en matière de mobilité, accepter le nécessaire changement de nos modes de vie. Mais, dans une ville où la plus grande partie des activités est à portée de marche et de vélo, ce changement n’adviendra pas sans un projet politique fort et des politiques publiques de soutien massif. S’il n’est pas toujours possible d’effectuer en vélo de longs trajets depuis une commune extérieure, la création de parcs à vélos fermés et sécurisés à la sortie des principaux points d’entrée et stations de métro et de tram de la ville, permettrait de faciliter et de multiplier les déplacements en vélo à l’intérieur de la ville.

Mais notre ambition est plus large: il faut mettre fin au « système voiture » qui a abîmé nos villes depuis les années 1960. Nous ambitionnons pour cela de créer un écosystème complet favorisant et privilégiant à tous les niveaux l’épanouissement du vélo sur la Métropole. Il s’appuierait sur :

Un réseau de pistes cyclables en site propre, capacitaires, à double sens permettant d’accueillir un trafic vélo important (le REVE, réseau express vélo de la Métropole de Lyon).

Les pistes cyclables des quais du Rhône, qui restent à sécuriser, ont montré leur utilité : mais il s’agit maintenant d’opérer un saut quantitatif pour relier les universités, les centres villes, les pôles économiques, les parcs. Le RÊVE intégrera la périphérie, grande oubliée de la politique vélo de la Métropole de Lyon et permettra ainsi de résorber les coupures urbaines pour relier toutes les villes de la métropole et d’abord celles de la petite couronne. Que les déplacements en vélo de périphérie à périphérie deviennent matériellement possibles et aisés, et le projet anti-écologique du tronçon ouest du périphérique (dit anneau des sciences) n’aura plus de raison d’être.

Des voies dédiées au vélo. Pour développer le réseau et assurer la sécurité de tous, il s’agira de mettre en place des infrastructures efficientes sur toute la métropole, sécurisées, séparées physiquement des trottoirs et des chaussées dédiées aux véhicules motorisés.

Dans les zones denses, autour de tous les établissements scolaires et dans tous les centres villes, nous diminuerons la vitesse par la création de zones 30, de zones de rencontres et d’aires piétonnes.

Un service public du vélo qui, à l’instar de Métrovélo à Grenoble, facilitera et incitera à son usage en développant sur tout le territoire :

-une offre massive de stationnement sécurisé fixe et à la demande ;

-Des services de location de vélo complétés par la ville ;

-Un réseau municipal de réparation, d’ateliers et de magasins de vélo.

-Des parcs de stationnement à vélo fermés à proximité des gares et des stations de

métro.

Le vélo n’est pas un transport de loisir: c’est un instrument de révolution écologique.

Se contenter d’augmenter les kilomètres de pistes cyclables ne suffit pas; il faut penser ce mode de transport comme un tout et comme une alternative complète. Notre ambition est de faire de

Lyon la première grande ville d’une véritable culture du vélo, qui deviendra progressivement le mode de déplacement naturel et majoritaire dans tous les cas et pour toutes les personnes auxquelles il est accessible.

Contact presse : Loïc RIGAUD, membre du bureau du GRAM Métropole

Tél : 06 89 49 11 65

Télécharger (PDF, 274KB)